L'édito by DG CONSEIL (4-2021) : l'Avent vu par le prisme de la langue



Bonjour, bienvenue dans L'édito !


Pourquoi nos rendez-vous de L'édito sont-ils devenus rares ? La faute principalement à un manque de temps, mais aussi à mon goût plus que modéré pour des palabres inutiles. Lorsque je viens vers vous par ce biais, c'est rarement pour vous alerter du prix des tulipes sur le marché de Saint-Ouen, mais plutôt parce que je souhaite vous informer de certains faits qui peuvent modifier notre relation, notamment pour vous parler de l'évolution de DG CONSEIL et/ou vous présenter de nouvelles prestations, ou encore pour vous entretenir d'un sujet qui me tient à cœur, en relation avec le thème qui nous anime, le respect de la langue française dans toutes ses applications au quotidien.

C'est justement de cela dont il s'agit aujourd'hui, et la raison pour laquelle j'ai décidé de prendre quelques minutes de votre temps.


Je vais vous parler de Noël, voulez-vous ? C'est de saison. Plus précisément, je souhaite vous entretenir de la période qui précède ce moment de joie, à savoir l'Avent, car je constate, ici et là, qu'on attache de moins en moins d'importance à faire la distinction entre deux homonymes, entre « l'Avent », donc, et « avant », alors que les 2 vocables n'ont a aucun moment le même sens.


C'est donc parti pour une mise en perspective lexicale :

  • « avant » peut être un nom, dans « l'avant du navire » par exemple ;

  • « avant » remplit parfois le rôle d'adjectif, comme dans « le train avant » ;

  • « avant » peut aussi être un adverbe, dans le sens de « loin », « devant » : « ils repartirent explorer plus avant » ;

  • « avant » est également une préposition qu'on emploie dans un sens spatial (« le panneau est positionné avant le virage »), hiérarchique (au tarot, le cavalier vient avant le valet, il est plus fort), ou temporel (« il n'y a plus d'hivers ; avant, les températures descendaient souvent à -20°») ;

  • « l'Avent », A V E N T, pour sa part, est la période qui précède Noël : dans la religion chrétienne, il s'agit des 4 semaines qui préparent à l'arrivée du Christ, d'ailleurs le terme « Avent » vient du latin adventus qui signifie « venue ».


Alors certes, l'Avent se positionne avant Noël sur le calendrier, mais on ne parle donc pas de la même chose. Je comprends bien que pour certains, les homonymes peuvent représenter un obstacle, notamment au moment de l'apprentissage de la langue : ce que j'ai plus de mal à intégrer, c'est que certains journalistes, par exemple, se délectent (inconsciemment, j'espère !) de cette confusion, ou que de trop nombreux commerçants proposent à la vente des calendriers de... l'avant ! Un effort s'impose, et chacun gagnera en crédibilité !

Au fait, à propos de ces fêtes de fin d'année, avez-vous déjà des étoiles dans les yeux, la tête dans le sapin, à chercher le cadeau qui fera plaisir ?


Je profite de ce numéro de L'édito, qui sera le dernier de cette année 2021, pour vous remercier une fois de plus pour votre fidélité, et pour vous informer que, comme chaque année, les bureaux de DG CONSEIL seront fermés entre Noël et Nouvel An, très exactement du 22 décembre au soir jusqu'au 5 janvier au matin. Pensez donc à nous confier vos travaux urgents suffisamment tôt pour que nous puissions les traiter avant de partir en congés : ils devront nous parvenir avant le jeudi 16 décembre, 17 heures.


Par avance, je vous souhaite un joyeux Noël, de bonnes fêtes, et d'ici là, une excellente semaine à tous !