Fautes d'orthographe : un véritable frein à l'embauche (#Rediff)


Vous pourriez penser que, dans les colonnes de ce blog, nous exagérons l'importance de l'orthographe en matière de recherche d'emploi ; que les recruteurs ont évolué dans ce domaine ; que notre rôle d'écrivain public, celui de vous aider à présenter des documents irréprochables, est surfait.

Détrompez-vous.

Une récente étude démontre que, en France, 5% des employeurs jettent automatiquement un CV dès la première faute d'orthographe ! Entre une et quatre fautes, ce sont 30% des CV qui partent à la corbeille, et ce taux passe à 50% dès la cinquième faute : une embauche sur deux ne se fera pas en raison d'une orthographe jugée trop pauvre.

Au-delà, de manière plus générale, 8 recruteurs sur 10 déclarent être attentifs à la qualité du français utilisé dans les documents qui leur sont transmis, curriculum vitae ou lettres. Dès lors, faut-il en conclure que trouver un emploi, en France, a, pour ce motif précis, de quoi être décourageant ?

La réponse est : non. Il faut en effet savoir que la France serait même plutôt indulgente en matière d'orthographe, si on la compare à ses voisins européens. La même étude, menée en Espagne, prouve que 18% des employeurs rejettent une candidature dès la première faute d'orthographe ; et il y a pire, puisque ce taux grimpe à 23% en Italie et... 37% en Allemagne !

Nous n'avons donc aucune raison de nous plaindre, tout en reconnaissant que les fautes d'orthographe sont à proscrire. Trouver un emploi est en soi déjà bien assez compliqué sans qu'on y ajoute un obstacle supplémentaire.

#écrivainpublic #Pasdepitiépourlesfautesdorthographe #lettredemotivation #CV #écrire #orthographe